Jeudi 21 mai 4 21 /05 /Mai 17:38

Une huile... Non une cire !

   Étrange fruit que celui du Jojoba, un arbuste peu banal qui pousse là ou rien ne résiste à la sécheresse... Comme le Kiwi, il y a les pieds males et les femelles, chacun avec une fleur différente en forme et en couleur. Le fruit issu de cette union est un véritable bienfait par son huile.

   En fait ce que l'on nomme : huile de Jojoba, est plus exactement une cire liquide, ce qui est une particularité rare qui la distingue des autres huiles végétales. Elle est constituée d'acides gras insaturés (plus de 97%) et d'esters d'alcools à longue chaîne organique avec des alcools gras libres (1,11 % environ), d'acides gras libres (1 %), de stérols pour 0,44 % et d'autres corps pour moins de 05 %. Tous les esters de l'huile de Jojoba sont doublement insaturés et sa teneur en triglycérides et quasi nulle.


Voici sa composition en acides gras pour 100 g :

Les insaturés,

- linoléïque               0,1

- érucique              13,6

- asclépique            1,1

- palmitoléïque       0,3

- gondoïque          71,3

Les saturés,

- palmitique            1,2

- arachidique          0,1

- stéarique              0,1

- béhénique           0,2

- nervonique          1,3


   D'une belle couleur jaune clair avec un toucher non gras, l'huile de Jojoba possède une agréable odeur de noisette. On appelle d'ailleurs communément le Jojoba « noisetier sauvage », ou encore « arbre à café », car du temps des Indiens ceux-ci faisaient grillée la graine après l'avoir écrasée pour préparer une boisson semblable au café.

   Le Jojoba est un arbuste au feuillage coriace de couleur gris-vert à bleu-vert un peu comme l'olivier, avec une cuticule épaisse, ses fruits brun-vert ressemblent à de grosses olives et contiennent une graine brun foncé, blanche à l'intérieur qu'on récolte à l'automne. Sa taille n'excède généralement pas 2,50 mètres et sa longévité peut atteindre 50 ans. On le trouve dans les régions semi-désertiques qui s'étendent de part et d'autre de la frontière Mexicaine avec l'Arizona et dans le sud de la Californie. Le secret du Jojoba pour pousser dans ses zones arides ce sont ses racines, elles peuvent progresser jusqu'à plus de 30 mètres sous terre pour capter l'eau nécessaire à sa survie durant les longues périodes de sécheresse, et attendre ainsi plus d'un an et demi que la pluie revienne.

   Elle a des propriétés médicinales...

   La graine de jojoba, très riche en protéines (environ 35%) renferme jusqu'à 60% d'huile. Les Indiens s'en nourrissaient et l'utilisaient à des fins médicinales : contre le cancer, pour guérir les blessures et les refroidissements, comme fortifiant des cheveux et pour préserver l'hydratation et la douceur de la peau. On sait aujourd'hui qu'elle inhibe l'activité du bacille de la tuberculose.

   Son nom...

   Ce sont les Espagnols qui en le découvrant, au XVI siècle, nomment « Jojoba » cet arbuste inconnu, d'après l'ancienne appellation mexicaine de « chohobba » et son nom apache de « hohowi ». Son nom scientifique est lui le résultat d'une méprise des botanistes, suite au mélange d'échantillons provenant de Californie et de Chine, ils nommèrent par erreur le Jojoba : Simmondsia chinensis !

   Ce n'est qu'à partir des années 60 qu'on s'intéresse vraiment aux multiples propriétés de l'huile de Jojoba dont on met en avant la principale caractéristique, celle d'être une cire liquide qui garde sa viscosité exceptionnelle dans des conditions de température et de pression élevée, même après plusieurs utilisations. Ainsi, cette « huile », à l'inverse des autres huiles végétales, est insensible à l'oxydation, elle ne rancit pas et peut se conserver plus de 25 ans sans s'altérer. Son extraction mécanique est aisée et il n'est pas nécessaire de la raffiner pour la plupart des utilisations, car elle est naturellement très pure.

   La culture du Jojoba se fait en Amérique du Sud et en Israël. Quelques programmes expérimentaux tentent de l'implanter dans diverses zones d'Afrique comme aux Soudan, mais aussi en Australie.

   Sans parler de son utilisation dans les lubrifiants automobiles de qualité (notamment pour les moteurs de courses utilisés en F1), l'huile de Jojoba est utilisée en cosmétique pour sa forte teneur en insaponifiables (autour de 50%).

 

   Du point de vu Cosmétique...

   Cette richesse en insaponifiables confère à l'huile de Jojoba de réelle et efficaces propriétés protectrices et antivieillissement. Elle permet en effet à la peau de refaire son collagène et elle freine la perte d'eau dans les cellules, préservant ainsi son élasticité et prolongeant sa jeunesse. D'autant plus que l'huile de Jojoba a la capacité de protéger aussi la peau du soleil avec un indice de niveau 5, valable dans les conditions d'exposition indirecte de la vie quotidienne (protection insuffisante cependant pour une protection solaire directe en maillot de bain sur une plage).

   L'huile de Jojoba possède par ailleurs la double faculté de rééquilibrer les cheveux gras en normalisant la production de sébum, tout en revitalisant les cheveux secs et cassants qu'elle nourrit et assouplit. Dans les deux cas le cheveu est plus brillant, plus souple, plus solide et sa chute enrayée.

   C'est l'huile idéale pour les peaux déshydratées et sèches mais aussi pour les peaux grasses, par sa composition proche de celle du sébum humain qui refait le film hydrolipidique et régule le flux de sébum. Elle est particulièrement recommandée pour les problèmes d'acné et l'hypersécrétion séborrhéique avec pellicules.

 

On peut utiliser l'huile vierge de Jojoba pure, de préférence bio...

   En huile démaquillante douce pour les yeux, en soin de jour et de nuit comme anti rides et pour protéger, hydrater, régénérer et revitaliser toutes les peaux, ainsi qu'en masque capillaire pour assainir le cuir chevelu et rendre de l'éclat et du tonus aux cheveux gras comme aux cheveux secs.

Par contre...

   Son utilisation par voie interne n'est pas conseillée, car elle est faiblement digestible par manque de lipase capables d'hydrolyser les esters cireux dans l'organisme. De plus elle possède une action laxative assez marquée.

 

Constantes physiques...

 

Point de solidification                 6.7° à 7°C

Point d'ébullition                        338°C

Viscosité à 99°C                          48 cps

Densité à 25°C                            0.855 - 0.865

Indice de réfraction à 25°C         1.463 - 1.466

 

Constantes chimiques...

 

Indice d'acide                              1.1 - 2.5

Indice de saponification              90 - 98

Indice d'iode                                       81.9 - 88.4

Indice de peroxyde                      inférieur à 10

Insaponifiables                           37.6 - 51.1 %


Par J. A. DIPAGE - Voir les 0 commentaires
Publié dans : Plantes et Santé
Retour à l'accueil

Bienvenue sur Sainte-liberté

Ils ont dit...

Sainte-liberte...

"La source de tous nos maux, c'est l'indépendance absolue où les représentants se sont mis eux-mêmes à l'égard de la nation. Ils ont reconnu la souveraineté de la nation et ils l'ont anéantie. Ils n'étaient, de leur aveu même, que les mandataires du peuple et ils se sont faits souverains, c'est à dire despote : car le despotisme n'est autre chose que l'usurpation du pouvoir souverain... Comme il est dans la nature des choses que les hommes préfèrent leur intérêt personnel à l'intérêt public, lorsqu'ils peuvent le faire impunément, il s'ensuit que le peuple est opprimé toutes les fois que ses mandataires sont absolument indépendants de lui : si la nation n'a point recueilli les fruits de la révolution, si des intrigants ont remplacé d'autres intrigants, si une tyrannie légale semble avoir succédé à l'ancien despotisme, n'en cherchez point ailleurs la cause que dans le privilège que se sont arrogé les mandataires du peuple, de se jouer impunément des droits de ceux qu'ils ont caressés bassement pendant les élections."


ROBESPIERRE

à la séance des Jacobins du 1er août 1792

 

 

  "Le ministère (parlant du ministère de la guerre) est un monde de papier. Je ne sais point comment Rome et l'Egypte se gouvernaient sans cette ressource : on pensait beaucoup, on écrivait peu. La prolixité de la correspondance et des ordres du gouvernement est une marque de son inertie ; il est impossible que l'on gouverne sans laconisme. Les représentants du peuple, les généraux, les administrateurs, sont environnés de bureaux comme les anciens hommes de palais ; il ne se fait rien , et la dépense est pourtant énorme. Les bureaux ont remplacé le monarchisme ; le démon d'écrire nous fait la guerre et l'on ne gouverne point."

SAINT JUST
à la Convention le 10 octobre 1793


 

« Comme l'intérêt humain est invincible, ce n'est guère que par le glaive que la liberté d'un peuple est fondée. »

 

Saint-Just     

 

 

Images Aléatoires

  • Rose cachée
  • Jaune en bouton
  • Bouton de rose
  • Rose emperlée
  • Rose au soleil
  • Plis de roses

Commentaires

overblog

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés